Ozaam : le tinder de l’immobilier

Des petits panneaux bleus pendus  au-dessus de ceux des agences immobilières localisées à Bruxelles marquent que ces agences bénéficient de l’application Ozaam qui est l’œuvre de la start-up bruxelloise. 

ozam.jpg

Cette application est promue au milieu de l’année 2015  au service des futurs locataires ou des futurs propriétaires d’immobiliers. Bref, Ozaam est une application mobile innovante et jusqu’ici plus de 20.000 annonces ont été enregistrés.

En quoi consiste l’application Ozaam ?

L’application Ozaam est téléchargeable et fonctionne sur Apple et Androïd. Le service est gratuit. Il suffit d’encoder  l’indicateur affiché sur le haut du panneau d’une agence et l’utilisateur peut devenir  un visiteur virtuel de cette agence. Ceci est concrétisé par la réception d’un e-mail  fournissant toutes les informations relatives à l’immobilier qui l’intéresse dont  il a encodé. Ozaam est l’application qui veut bien satisfaire celui qui veut tout savoir rapidement à tout moment de la journée.  Les informations contiennent les dimensions, les photos, les plans, et tout autre descriptif sur demande du visiteur.  C’est  à partir de la demande du visiteur que le logiciel fait le classement de la consultation dont un visiteur curieux, ou un visiteur intéressé ou un visiteur très intéressé. L’application est très intelligente.

Comment fonctionne-t-elle ?

Le contact avec l’application Ozaam est instantané. En tout cas, deux modes de fonctionnement sont identifiés : (i) l’insertion d’un code constitué par plusieurs chiffres affichés sur les panneaux bleus  des agences immobilières ; et (ii) la recherche d’un immobilier en insérant un code postal ou une position géo-localisée, puis il s’agit de déterminer les critères de recherches tels que  le type de l’immobilier, le prix voulu, la distance, etc. Que ce soit le premier mode ou le second plus ou moins sophistiqué, les résultats s’affichent toujours instantanément. 

swipping.jpg

La technique du « swipping » est adoptée par l’application Ozaam, et tout le monde est satisfait. Le service est gratuit, et puis jusqu’ici aucune réclamation n’a été  enregistrée. S’agirait-il de développer l’application dans d’autres domaines, dans d’autres zones, dans d’autres pays ?

Author: Elodie

Share This Post On